Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 11:12

Bonjour à tous,

 

nous évoquions lors de notre dernier CBR à Montpellier la chronique Musiques Contemporaines de David Jisse le jeudi à 8h40 sur France Musique.

 

Voici le lien pour écouter et podcaster

 

Je joins d'autre part le texte de la première émission qui parle d'elle-même. Peut-être allons-nous nous réconcilier avec les compositeurs vivants !

 

Cédric Libuda

 

 

 

Alors Bonjour mon cher Christophe
Oui merci de m’accueillir pour venir parler chaque semaine de musique contemporaine.
Le programme est vaste, les résistances nombreuses, mais ma conviction reste intacte.

Il faut d’abord savoir ce qui se cache derrière ce vocable ?
Pourquoi cette musique, si tant est qu’il s’agisse d’un seul genre de musique, suscite autant d’à priori chez certain de ceux qui l’écoutent ?
Pourquoi autant d’incompréhension ou de confusions parfois ?
C’est à toutes ces questions auxquelles j’essaierai, modestement, de répondre.

J’ai tendance à penser que les auditeurs qui ferment leur radio dès qu’ils croient reconnaître de la musique contemporaine sont ceux qui n’ont jamais eu l’opportunité la chance ou la simple curiosité de pousser résolument la porte de ce genre.
Et puis on le sait bien certains auditeurs cherchent avant tout dans la musique, l’écho de leur propre nostalgie ou de celle de leurs parents, avant celui de l’innovation ?
C’est vrai que pour aller vers la modernité, il faut faire un petit pas de côté et oser s’aventurer dans des espaces acoustiques inouïs. C’est un effort j’en conviens
Mais nous allons essayer de le faire et même d’avoir du plaisir.

Et puis à la décharge des anti-musique contemporaine, il faut reconnaître que les occasions pour la rencontrer même par hasard, sont de plus en plus rares d’où l’importance de ces cinq minutes matutinales.
Mais reconnaissez le cher Christophe, la programmation de votre émission est majoritairement classique.
Alors l’exercice est d’autant plus périlleux. Tenter de convaincre ceux pour qui Ravel est un dangereux moderne, Stravinsky tout juste écoutable et Ligéti, Berio Xénakis …Je n’en parle même pas…Quelle gageure le matin au réveil !
Mais je m’y risque cependant.

Alors il me faut rappeler deux fondamentaux :
D’abord que la musique contemporaine n’est pas un bloc uniforme fait d’une seule une esthétique Elle peut être sérielle,post sérielle.spectrale, répétitive, minimaliste, post moderne, voire néoclassique…et j’en passe
Et puis que l’appellation musique contemporaine renvoie souvent comme par réflexe à Webern et Schoenberg dont les compositions datent maintenant de presque cent ans…
Mais le temps a passé ! Nous vivons aujourd’hui au vingt et unième siècle ! La musique contemporaine est comme la vie d’aujourd’hui, mouvante contrastée, pleine de bruit et de fureur mais aussi de sensualité et d’émotion.Elle est portée par des compositeurs qui pourraient être les arrières petits-enfants de ces pionniers de la modernité.
Ce sont des jeunes gens et des jeunes filles qui en plus d’avoir fait de belles études dans de beaux conservatoires ont fait du rock-and-roll de la guitare électrique, même fumé peut-être des substances illicites et j’en passe. Ils sont donc en prise directe avec les musiques populaires tout en ayant choisi le langage de l’écriture dite savante.
Yann Robin est un de ceux-là, trentenaire talentueux dont on va créer demain à Paris dans le cadre du, hélas, dernier festival des Serres d’Auteuil une pièce intitulée Con Fuoco pour Piano et violoncelle (Firens Vizi et Ophélie gaillard).
Yann Robin Fait donc partie de cette génération d’aujourd’hui qui mélange, filtre et recompose toutes les sources de son histoire musicale.
Le Jazz d’abord avec ce sens de la pulsation explicite ou implicite
L’électronique ensuite puisqu’ayant travaillé sur les outils sophistiqués d’aujourd’hui il réinjecte cette jouissance du sonore dans son écriture instrumentale
Même les DJ font partie de son bagage, puisqu’il écrit pour les instrumentistes des boucles et des glissandi saturés, comme les sons obtenus souvent par les platinistes avec le jeux sur la vitesse des disques.

C’est bien joli tout ça vous allez me dire mais ça donne quoi !
Comme il s’agit d’une création, nous ne pourrons pas l’entendre mais j’ai choisi un extrait de la création de son quatuor N2 auquel j’ai eu la chance d’assister le 16 juillet dernier dans la cour magnifique de l’Hôtel Maynier d’Oppède à Aix en provence dans le cadre de l’académie d’été de du festival, concert organisé avec la SACEM.
Il m’a suggéré ce choix car dit-il, son écriture est dans le même esprit.
Alors guettez, les boucles, les saturations, les rythme dans cet extrait de Crescent Scratches.de Yann Robin interprété par le quatuor Tercéa.


Partager cet article

Repost 0
CBR Musique Hérault - dans Notre métier
commenter cet article

commentaires