Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2012 3 25 /07 /juillet /2012 09:07

"L'année 2012 marque une nouvelle initiative pédagogique entreprise par le Centre de musique baroque de Versailles : le lancement de la première Académie d'orchestre des Vingt-quatre Violons du roi .

 Prolongeant le projet de restitution des instruments composant cet orchestre mythique (dessus, hautes-contre, tailles et quintes de violon), le CMBV, en s'associant avec de prestigieuses structures d’enseignement — cette année le Royal College of Music  de Londres, le Conservatoire national supérieur de musique de Paris et le Conservatoire de la Vallée deChevreuse (Orsay) — a souhaité confier à de jeunes musiciens le soin de faire revivre les « Vingt-quatre Violons » et leur répertoire.

 Encadrés et formés aux caractéristiques de ce répertoire et au jeu particulier de ces instruments par le violoniste et chef d’orchestre Patrick Cohën-Akenine , les quarante étudiants retenus pour participer à cette Académie se produiront sous sa direction puis sous celle de Sir Roger Norrington  dans des lieux et des festivals prestigieux en France et en Angleterre, contribuant ainsi au rayonnement de la culture française." (Source : CMBV)


 

Dans le cadre du festival Radio-France, l'Opéra-Comédie a eu la chance d'accueillir la nouvelle émanation des fameux "Vingt-quatre violons du Roy", la garde rapprochée de la musique de Louis XIV.

 Tout d'abord, signalons que la salle est pleine ce qui pour un répertoire peu connu et aucune star sur scène rassure sur la curiosité du public...

 A leur entrée, la jeunesse des musiciens frappe l'esprit, leur fougue ensuite quand l'ouverture de l'Armide de Lully  s'élève dans l'Opéra-Comédie, remis à neuf.

 Et là le miracle opère tout de suite : la texture de l'orchestre enrichie de ces cordes disparues, ces tons "nasillards" des bois français enfin restitués...Ce qu'on entend ce soir doit beaucoup ressembler à ce que le public entendait à la Cour ou à l'Académie à la fin du XVIIème siècle.

 Norrington dirige son petit monde avec malice, osant même des facéties avec le public mais le programme impressionne : Marais, Desmarest, Campra et De Lalande dans des oeuvres peu jouées mais vivantes à nouveau.

 

                                             

                           

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
CBR Musique Hérault - dans Concerts
commenter cet article

commentaires