Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 15:11

Vu sur Zdnet :


Business - La SCPP confirme que 10 000 titres musicaux seront surveillés pour le compte de ses ayant-droits. Et affirme qu'elle transmettra les premières adresses IP à la Hadopi dans les prochains jours.

Pascal Nègre est d'humeur joyeuse. Le président de la SCPP* voit enfin aboutir la mise en place du dispositif créé pour lutter contre le téléchargement illégal dont il a été le principal soutien depuis plusieurs années.

A l'occasion de son Assemblée Générale, celui qui va rempiler pour un mandat de trois ans avait convié ce jeudi quelques journalistes pour faire le point sur l'activité de la société de gestion des droits des principaux producteurs français. Dans les faits, pour se réjouir de la mise en marche de la Hadopi .

" L'effet épouvantail de la loi Hadopi a eu lieu. Le chiffre d'affaires du secteur a gagné 7% entre octobre et mai" jubile Pascal Nègre qui cite en exemple le marché suédois qui avait un temps repris quelques couleurs après l'adoption d'une loi similaire. Sauf que le regain  n'avait pas duré, ce qu'il oublie de préciser.

" On est dans une phase où on se réjouit. On va commencer à stocker les adresses IP et on les transmettra à la Hadopi dans les prochains jours" explique celui qui est aussi le patron d'Universal Music France. Un enthousiasme tempéré par Marc Guez, le directeur général de la SCPP, qui évoque un délais de "quelques semaines".

10 000 titres surveillés

Une confirmation : ce sont bien 10 000 titres musicaux qui seront surveillés par Trident Media Guard (TMG) pour le compte des ayant-droits. 5 000 titres (des "gold" et des "standard") ont déjà été sélectionnés. Reste à se mettre d'accord sur les 5000 nouveautés et qui seront régulièrement renouvelées. C'est le volet le plus important du dispositif. " Le top de la piraterie , c'est le top album" confirme Pascale Nègre.

Comment s'effectuera le choix ? "On va définir les règles de répartition avec les producteurs" indique Marc Guez. A priori, un système au prorata des parts de marché de chaque maison de disques devrait être retenu. Ce qui reviendrait à donner "une prime" aux majors.

Interrogé sur le coût du dispositif de surveillance de TMG supporté par les ayants droits ( musique et cinéma), Pascal Nègre l'estime supérieur à 3 millions dont 20 % seraient supportés par la SCPP.

L'autre motif de satisfaction de la SCPP est la carte musique jeune. Annoncée pour juin, elle devrait être lancée en septembre. " Si elle fonctionne, on sera le premier marché européen en ventes digitales. On va participer financièrement à sa promotion" affirme Pascal Nègre.

A moins que les mesures de restriction budgétaire décidées par le gouvernement ne scelle son sort. "Je n'y crois pas. Pendant les périodes de crise, les politiques savent que la culture est un moyen de relâcher la pression. Roosevelt a été le premier à le faire avec le New Deal"  soutient-il.  Reste que si le programme de relance économique américain avait duré cinq ans, le gouvernement n'a pas prévu de financer l'opération au delà de 2012.

* Société Civile des Producteurs Phonographiques



Partager cet article

Repost 0
CBR Musique Hérault - dans Internet
commenter cet article

commentaires