Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 16:45
Vu sur Fluctuat.net :


Dans votre dictionnaire, le vidéoclip est grosso-modo "un court-métrage cinématographique ou vidéo, qui illustre une chanson, qui présente le travail d’un artiste". Son rôle se situe dans cet entre-deux flou entre le produit commercial et l'œuvre artistique. Toute l'histoire du clip est marquée par cet aspect hybride qui en a d'abord fait un support méprisé par les musiciens comme les cinéastes. Pour mieux comprendre le clip, rafraichissons nous la mémoire. D'où vient ce support ? A quoi ressemblent les premiers clips ? Flashback en son et en image.

On aurait tort de croire que Queen a inventé le clip. "Bohemian rhapsody" (1975) est la première "vidéo", au sens de format vidéo, mais absolument pas la première bobine! On y reviendra. L'avènement du clip, en tant que court métrage musical, remonte aux années 1940. 

 

Les "Soundies" (1940-1947) : jukeboxes, jazz et humour

Martha Tilton – "A little jive is good for you" (1941)

Les premiers clips, appelés "soundies", servaient à vendre des jukeboxes. En 1940, à Chicago, le plus grand constructeur de jukeboxes de l’époque crée la Globe-Mills Production dans le but de construire et vendre ses machines "Panoram". Placés dans les bars, ces objets aujourd'hui vintage jouaient des chansons tout en projetant un clip en noir et blanc d'environ 3 minutes. Le clip ci-dessus résume bien l'esprit du soundie, privilégiant la bonne humeur, l'humour visuel, très "cartoon" ici, tout en reprenant à son compte les codes de la comédie musicale. Tombé en désuétude avec l'essor de la télévision pendant la Seconde Guerre Mondiale, le soundie aura tout de même immortalisé nombre de trésors des années 1940, notamment dans les genres phares de l'époque, le swing, le hillbilly et, bien sûr, le jazz.

 

A voir également :

Spike Jones – Clink !Clink! Another drink (1942) : du hillbilly burlesque, en forme de proto-karaoké.

Fats Waller – "Ain't Misbehavin'"(1941) : ambiance jazzy, délicieusement rétro et gentiment sexy.

Scopitone (1960-1970): l'innocence des Yéyés

Sylvie Vartan - "Locomotion" (1962)

Encore une histoire de jukeboxes, français cette fois : le ccopitone est le support phare des sixties, soit une bobine couleurs et sonore au format 16 mm. Et une esthétique neuve, hédoniste et naïve, aux tons à dominance, une fois la couleur banalisée, pastel et sépia. Adamo, Brigitte Bardot, Johnny Halliday, Les Chaussettes Noires, Petula Clark, Dalida, Joe Dassin, Jacques Dutronc, Enrique Macias, Serge Gainsbourg, Nicoletta, Sylvie Vartan, Jacques Brel... Tous sont passés à la moulinette scopitone, souvent filmés par la productrice-réalisatrice Andrée Davis-Boyer. Surnommée "Mamy Scopitone", elle aimait inviter les artistes qu'elle produisait chez elle, à Antibes. Les nombreux tournages de ces proto-clips - "Daidy" en a réalisé 500 ! - se déroulaient de manière informelle, décontractée, dans sa villa. Pour des sommes dérisoires: il suffisait  de 7000 francs, en moyenne, pour réaliser un Scopitone. C'est-à-dire presque rien. Cet îlot de créativité ne tarde pas à séduir le monde "sérieux" du grand écran. Les Cahiers du Cinéma consacrent des pages au phénomène en 1963, tandis que des cinéastes comme Claude Lelouch s'en servent comme d'un laboratoire ciné-ludique. Regardez plutôt cet improbable scopitone tourné dans la forêt pour les Anglais The Tornados... Complètement surréaliste, on est pas loin des Monty Python !  L'ère scopitone durera jusqu'en 1974.

 

The Tornados (produit par Joe Meek) - Robot (1963)

A voir également:

Jeanne Moreau - "Où vas tu Mathilde ?" (1966) Claude Lelouch filme Jeanne Moreau avec amour.

Petula Clark – "Elle est fine, ma belle histoire" (1963) Kitsch, naïf, dans un Paris idéal. Mimi.

Jacques Dutronc - "Les Play Boys" (1966) L'humour dandy de Dutronc, dans un clip classe.

Les Charlots - "Sois érotique" (1970) Efficace parodie de Gainsbourg...

Eric Verna

Partager cet article

Repost 0
CBR Musique Hérault - dans Music Business
commenter cet article

commentaires